Pas besoin de supers pouvoirs pour apprendre à lire dans les pensées

1

Dans la plupart des échanges de notre société contemporaine, nous communiquons avec l’autre par  le biais de la parole – les SMS ou mails n’étant que leur transposition écrite. Or, ce mode opératoire n’est pas le seul moyen de correspondre entre individus.

 

La communication non verbale – également nommée langage du corps  ou communication analogique – concerne l’ensemble des échanges lors d’une conversation qui n’utilise pas la parole. Ceci peut donc englober tant les expressions de notre visage que les gestes, en passant par des émanations corporelles plus ou moins conscientes (par exemple, les odeurs). En somme, l’échange est basé sur des attitudes ou des phénomènes corporels en excluant l’usage du langage paraverbal. La communication analogique concerne également les altérations sur notre voix – inflexions, intonations. Nous devons donc également prendre en compte l’ensemble des éléments qui altèrent le système de communication verbale habituel.

 

En outre, ce langage est difficilement perceptible par son auteur. C’est plutôt le reste des protagonistes d’une conversation qui vont l’observer. Il est donc possible de lire dans les pensées de votre interlocuteur, car une série d’éléments qu’il ne contrôle pas témoigne de sentiments, d’émotions ou d’intentions qu’il ressent à un moment précis. C’est grâce a l’observation de ces différents signes que vous pourrez y accéder, et ceci reste abordable pour tous.

 

On peut y rattacher plusieurs domaines théoriques comme par exemple la kinésique, qui s’attache à observer les mouvements du corps ainsi que les positions de ce dernier lors des conversations. La proxémique nous permet également d’entrevoir des espaces de communications non verbales car elle s’intéresse à la place de l’individu dans son espace – c’est-à-dire dans son environnement et par rapport aux individus. Enfin, les signes extérieurs au corps comme les attitudes vestimentaires, tatouages ou toutes les autres manifestations de ce type peuvent être utilisés comme éléments de communication non verbale.

 

Il y donc une importante partie de vos discours et de ceux des autres qui transparait par le biais d’une communication non verbale. Vous pouvez donc parvenir à cerner une partie du message de votre interlocuteur par l’attitude qu’il dégage. Par exemple, le simple fait de croiser les bras indique une attitude fermée face aux autres. Un contact visuel fuyant – en dessous de trois secondes – affirme un manque de confiance de la part de son auteur. Ce ne sont que deux exemples parmi tant d’autres qui vous montrent l’étendue des possibilités de la communication non verbale.

 

Ces éléments nécessitent un peu d’entrainement avant de les repérer mais, une fois fait, vous verrez que le langage corporel participe pleinement au dialogue entre individus et il vous aidera à cerner mieux et plus facilement votre (vos) interlocuteur(s).