Le crowdlending vous connaissez ?

crowdlending

Contrairement au crowdfunding, qui fait appel au mécénat et à la générosité des donateurs, le crowdlending est basé sur l’intérêt partagé et consenti d’un emprunteur et de ses coprêteurs épargnants. Il s’agit d’un prêt participatif dont l’accès est plus rapide que par l’intermédiaire du banquier traditionnel en général moins réactif et ne demandera que peu de garantie et un minimum de formalité. Il suffit souvent de pouvoir justifier d’un minimum d’années d’existence ou d’un minimum de chiffres d’affaires pour être éligible.

Aujourd’hui, les PME qui veulent accroitre ou développer leur activité en levant des fonds n’ont plus le seul établissement financier comme interlocuteur. Il leur est possible d’emprunter auprès de particuliers par l’intermédiaire d’une plateforme agrée au statut, créé fin 2014 pour mettre fin au monopole bancaire, d’Intermédiaire en Financement Participatif (IFP). Ces plateformes permettent de mettre en relation l’emprunteur et les préteurs. L’information doit y être très structurée, complète et claire, aéré, comme la plateforme de prêt PrêtGo. On y trouve séparés l’accès prêteur et emprunteur, la présentation des projets à financer, la carte d’identité de la plateforme et les partenaires. Les plateformes Bolden ou credit.fr obéissent aux mêmes règles. Rendez-vous sur leur site pour de plus amples informations.

Devant la baisse des taux servis par les supports traditionnels, la rémunération de ces plateformes, qui peut atteindre jusqu’à 10% avant impôt, attirent de plus en plus les épargnants. Au-delà de l’aspect financier, le préteur pourra sélectionner les entreprises en fonction de ses propres valeurs, d’une proximité géographique ou du côté innovant du projet.

Mais, tout comme une action cotée peut perdre toute ou partie de sa valeur, l’emprunteur peut aussi faire défaut. Les taux de défaillance des entreprises qui font appel au crowdlending est le même que pour l’ensemble des PME françaises, soit entre 1 et 2 % (1,4% en 2014), mais il faudra attendre un peu pour avoir un recul suffisant. De la même manière qu’il n’est pas conseillé de ne posséder qu’un seul titre en portefeuille, le prêteur veillera à diversifier ses placements. On n‘oubliera pas qu’une entreprise éconduite par une banque pourra faire appel au financement participatif. Le législateur, dans sa grande sagesse, a d’ailleurs limité le montant maximum de prêt pour un particulier et pour un projet à 1000€.